Les résumés des actions au Tchad

Depuis 2005, Entraide Santé 92 intervient au Tchad, initialement à l’hôpital régional de Moundou, 2ème ville du Tchad située à 500 km au sud de N’Djamena et depuis 2008 également à l’hôpital de district de Bebalem situé à 70 kilomètres de Moundou.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la politique nationale du pays comme un appui aux efforts du gouvernement.

Entraide Santé 92 intervient sur les hôpitaux et aussi avec les associations de malades et les structures communautaires de prise en charge des malades de Moundou.

Ce partenariat a concrètement

  • Permis l’ouverture d’un hôpital de jour au sein de l’hôpital régional de Moundou en décembre 2007 ou plus de 1000 patients séropositifs sous antiviraux sont suivis.
  • Installer la radiologie à l’hôpital de Bebalem en 2012 dépourvu de radiologie depuis 10 ans
  • Créer un laboratoire tuberculose avec recherche de résistance en 2013 au sein de l’hôpital régional de Moundou et mise en place de la coloration à l’auramine à Bebalem et Moundou
  • D'ouvrir la  MAPAM (Maison d'Accueil Provisoire A Moundou en 2018 qui est un lieu d'accueil pour les malades qui vivent loin de Moundou et qui ont besoin d'un lieu d'hebergement sur Moundou pour se soigner.
  • Elaborer des lutins d'educaiton thérapeutique ( VIH, tuberculose),
  • Mettre une place une stratégie pour recherhcer les perdus de vue( tuberculose) avec de tres bons résultats.

Au-delà de ces actions concrètes, le compagnonnage médical et para médical reste une priorité dans un souci de qualité des soins : soutien au laboratoire, soutien aux soignants, appui aux associations et aux malades (aide alimentaires, prise en charge des médicaments), éducation thérapeutique, etc

Enfin, au niveau national, Entraide Santé appuie le programme national de lutte contre la tuberculose, en particulier pour la prise en charge des patients atteints de tuberculoses résistantes aux traitements usuels.

Même si les actions sont menées et gérées en grande partie par nos partenaires du sud, ce partenariat qui s’appuie sur la confiance et la durée permet une utilisation la plus optimale possible des moyens financiers, provenant principalement du  GIP Esther (devenu France Expertise en janvier 2015), de le Mairie de Paris et des fonds propres de l'association.

Pour les actions antérieures, veuillez-vous référer aux rapports d'activités des années précédentes.

Les actions menées en 2019

Mission du 13 au 19 janvier 2019 à Ndjaména menée par

Monsieur  Yannick Kamdem, technicien supérieur de laboratoire, centre Pasteur, Yaoundé, Cameroun et le Dr Laurent Raskine, biologiste clinicien, fondation Mérieux, CNR des mycobactéries. cette mission au programme national de lutte contre la tuberculose (PNT)  à Ndjamena d'une semaine avait pour objectif de former les techcniciens du PNT à l'élaboration de la coloration à l'auramine. Avant cette mission , le PNT était obligé de commander des colorants à l'étranger, à l'origine d'un cout supplementaire et de périodes de rupture. Dorenavant, le PNT est autonome pour la fabrication de cette coloration utile pour tous les laboratoires équipés de miscroscope à fluorescence.

Mission  du 22 mai au 28 mai 2019 à Moundou menée par

Madame Laurence Witkowski , cadre de santé : Laboratoire de microbiologie, Hôpital Cochin ( APHP), Dr Anne-Marie Simonpoli, Hôpital Louis Mourier (APHP), Dr Emmanuel Mortier, Hôpital Louis Mourier (APHP) et Hôpital Max Fourestier Colombes/Nanterre

Cette mission a permis de renforcer les compétences du laboratoire de l'hopital provinciela de MOundou, de foremer une quinzaine d'infirmier des centres de santé du Logone occidental au traitement de la tuberculose et du VIH et de faire un point à 6 mois de l'ouverture de la MAPAM.

Les actions menées en 2018

 

Malgré la grêve des fonctionnaires plusieurs mois en 2018, la prise en charge des PVVIH s'est maintenue dans nos sites partenaires, à Ndjaména et à Moundou. On estime qu'environ 80 000 PVVIH sur 200 000 estimés seraient sous trithérapie. 

ES 92 a pu faire 3 missions en 2018

la premiere mission s'est déroulée en janvier à Ndjaména. Elle  était composée du docteur C Floch, pédiatre, de Mme Witkowski, cadre de santé laboratoire, et de 3 infectiologues Dr V Manceron, M Delatour et E Mortier. Lors de cette mision

- le guide pédiatrique de la prise en charge de la tuberculose a pu etre validé lors d'un atelier national,

 - une premiere enquete sur les infections nosocomiales au sein de l'hopital general de reference national (HGRN) a pu etre menée,

- le compagnonnage tant au laboratoire qu'au niveau des services cliniques et des associaitifs a pu se poursuivre.

-une conveniton de partenariat entre l'HGRN et Entraide santé 92  a été signée.  

Deux missions à Moundou ont eté menée en avril et en décembre . elle était menée par le docteur F Cordonnier ( avril et décembre) accompagné de Mme Laplanche, infirmière ( en aril) et mMme C babule , infirmière ( en décembre) 

Ces missions ont permis de pourusivre le compagnonnage tant au niveau de la prise en charge du IH que de la tuberculose, en mettant en place des outils pour limiter le nombre de perdus de vue et améliorer l'educaiton thérapeutique.

De plus l'ouverture de la MAPAM (maison d'accueil provisoire à Moundou) en octobre permet maintenant d'accueillir des paitents qui vivent hors de Moundou et qui ont besoin de soins pour le suivi de leur séropositivité. 

En 2018, 2 études novatrices au Tchad ont permis de donner les premiers résultats de suivi des patients. Sur 300 charges virales faites à Ndjamena chez des patients sous ARV depuis plus de 6 mois, la moitié d'entre eux avait une charge virale supérieure à 1000 copies. A Moundou, sur les 51 genotypes , parmi les patients en echec , 90 % d'entre eux avaient des résistances au 3TC et aux NNUC ( efavirenz et nevirapine). Ces études soulignent la necessité de renforcer la prise réguliere du traitement (observance individuelle et absence de rupture nationale de médicaments) et d'avoir de nouvelles molécules pour les patients en échec.

Les actions menées en 2017

 

Mission du 12 au 17 mars à Ndjaména et Moundou

Membres de la mission

A Moundou

Dr Anne Marie Simonpoli, clinicien, CHU Louis Mourier (APHP), Colombes

Dr Laurent Raskine, biologiste clinicien, fondation Mérieux, CNR des mycobactéries,

A Ndjaména

Mme Laurence Witkowski, cadre de santé, laboratoire de virologie et parasitologie, hôpital Cochin (APHP) Paris

Dr Emmanuel Mortier, clinicien, CHU Louis Mourier (APHP), Colombes:

Les objectifs de cette mission étaient multiples conduisant le plus souvent à des activités individuelles des 4 membres d’Entraide Santé 92.

Anne Marie et Laurent sont allés à Moundou.

Le soutien d’Anne Marie a porté sur tous les aspects de la prise en charge des patients séropositifs ou atteints de tuberculose : compagnonnage clinique, apports théoriques, rencontre avec les conseillers psychosociaux, enquête « zéro perdu de vue » pour la tuberculose.

Laurent a davantage travaillé au niveau du laboratoire ou nous avions apporté 2 nouveaux modules pour le Genexpert. Cet appareil utilisant la biologie moléculaire permet d’analyser les crachats pour recherches des souches tuberculeuses résistantes à la rifampicine et aussi de quantifier la charge virale VIH.

Laurence et Emmanuel sont restés à Ndjamena.

Laurence avait pour objectifs de former des techniciens à la coloration à l’auramine permettant d’améliorer le diagnostic des crachats tuberculeux et également d’essayer de comprendre les obstacles freinant la réalisation du dosage de la charge virale du VIH au Tchad, examen indispensable pour le suivi des patients. Entraide Santé 92 souhaitant aider à la reprise de cet examen qui devrait être disponibles en routine alors qu’il n’a pas été fait depuis 15 mois.

Emmanuel devait améliorer le circuit entre prescription des examens de crachats pour les patients tuberculeux et rendu des résultats. Lui aussi a assuré un compagnonnage sur la prise en charge des patients séropositifs auprès de soignants et des conseillers psycho sociaux.

 

 

Les actions menées en 2016

                               

En 2016 ont eu lieu 2 missions au Tchad.

Mission du 31 janvier au 5 février 2016à Moundou principalement et à Ndjamena

L     es participants de cette mission étaient

Dr Laurent Baccar, radiologue, CHU Louis Mourier,

Dr François Cordonnier, CHI Poissy-St-Germain-en-Laye,

Mme Véronique Friocourt, technicien de laboratoire, CHU Ambroise Paré,

Dr Emmanuel Mortier, CHU Louis Mourier,

Dr Laurent Raskine, médecin biologiste, GH Lariboisière-St Louis, APHP.

Les objectifs de cette mission étaient

De lancer la technique de la charge virale VIH à Moundou sur un appareil Abbott installé par le ministère en février 2013 et jamais en mise en service. Même s’il n’a pas été possible de lancer la technique (contamination de l’appareil, réactifs périmés, etc) cette mission a permis de cerner les obstacles tant techniques qu’organisationnels. Nous de désespérons pas que la charge virale en série sur cet appareil fonctionne un jour. En 2017, le programme national a signé un contrat de maintenance avec Abbott pour décontaminer l’appareil et relancer cette technique. En parallèle, il a été possible de réaliser des charges virales VIH sur le gen expert (une soixantaine), mais en nombre très insuffisant par rapport à la file active sur la ville de Moundou ( > 3000 patients)

 

De poursuivre les efforts pour améliorer la prise en charge de la tuberculose en élargissant sur la région du Logone occidental : formation des infirmiers des centres de dispensation des antituberculeux de la région, développement du gen expert pour la recherche des tuberculoses résistantes.

 

De poursuivre le compagnonnage des soignants prenant en charge les patients infectés par le VIH ou tuberculeux avec le projet « zero perdus de vue » destiné à rappeler par téléphone les patients tuberculeux qui ne viennent pas aux dates souhaitées pour prendre leur traitement.

 

De rencontrer les partenaires de l’Hôpital Général de Référence National de Ndjamena (HGRN) pour étendre le champ de nos actions, participer au comité thérapeutique, etc.

Mission du 26 septembre au 2 octobre 2016 à Ndjamena

Les participants de cette mission étaient le

Dr Laurent Raskine, GH Lariboisière-St Louis, APHP, Paris (75010),

Mme Véronique Friocourt (VF), Technicienne de laboratoire, CHU Ambroise Paré, APHP Boulogne (92100),

Mme  Laurence Witkowski(LW) Cadre de santé (Laboratoire), GH HUP Cochin, APHP, Paris (75014)

                 

Mission du 26 septembre au 2 octobre 2016à Ndjamena

Les participants de cette mission étaient le Dr Laurent Raskine, GH Lariboisière-St Louis, APHP, Paris (75010), Mme Véronique Friocourt (VF), Technicienne de laboratoire, CHU Ambroise Paré, APHP Boulogne (92100), Mme  Laurence Witkowski(LW) Cadre de santé (Laboratoire), GH HUP Cochin, APHP, Paris (75014)

Les objectifs de la mission étaient

De former et mettre en place le Genexpert au laboratoire national de référence de la tuberculose. Cette formation de 5 jours a permis de former les techniciens du laboratoire de référence. De plus Jonathan, technicien à Moundou est venu comme formateur pour cette formation.

De proposer un plan pour le réaménagement du laboratoire de bascillososopie à l’HGRN : les travaux ont été fait en 2017.

De rechercher les causes le non fonctionnement de la charge virale VIH à Ndjamena : aucune charge virale au Tchad sauf a Moundou et am timam (sur un appareil genexpert tenu dans un centre MSF)

De participer au Comité de pilotage de la tuberculose multi résistante au Tchad

Malheureusement cette mission est arrivée en milieu d’une grève sèche des fonctionnaires freinant certains aspects dont la mise en route de la charge virale.

Stage à l’hôpital central de yaoundé de Bertine , infirmière de l’hôpital de jour de Moundou  pendant un mois

Financement d’une inscription au congrès de Casablanca d’un technicien de laboratoire de Ndjamena (Abakar)

Les objectifs de la mission étaient

  • De former et mettre en place le Genexpert au laboratoire national de référence de la tuberculose. Cette formation de 5 jours a permis de former les techniciens du laboratoire de référence. De plus Jonathan, technicien à Moundou est venu comme formateur pour cette formation.
  • De proposer un plan pour le réaménagement du laboratoire de bascillososopie à l’HGRN : les travaux ont été fait en 2017.
  • De rechercher les causes le non fonctionnement de la charge virale VIH à Ndjamena : aucune charge virale au Tchad sauf a Moundou et am timam (sur un appareil genexpert tenu dans un centre MSF)
  • De participer au Comité de pilotage de la tuberculose multi résistante au Tchad

Malheureusement cette mission est arrivée en milieu d’une grève sèche des fonctionnaires freinant certains aspects dont la mise en route de la charge virale.

Stage à l’hôpital central de Bertine , infirmière de l’hôpital de jour de Moundou  pendant un mois

Financement d’une inscription au congrèsde Casablanca d’un technicien de laboratoire de Ndjamena (Abakar)

 

 

Les actions menées en 2015

Pour des raisons de sécurité, les dates de missions sont conditionnées par les vols intérieurs gérés par les nations unies, les déplacements par la route étant pour le moment interdits.

1.       Mission réalisée du 08 au 12 février 2015 à Moundou

Cette mission pluri disciplinaire était composée de :

Stéphanie Bauler : pharmacienne, hôpital Ambroise Paré, (APHP)

Céline Levacher : assistante sociale, hôpital Louis Mourier, (APHP)

Dr Laurent Raskine, microbiologiste, hôpital Lariboisière-st Louis, (APHP)

Dr François Cordonnier, CHI Poissy-St-Germain-en-Laye 

Les objectifs étaient multiples

-          Favoriser l’éducation thérapeutique pour les patients atteints du VIH et ceux de la tuberculose.

-          Poursuivre le compagnonnage médical avec les structures de la ville de Moundou accueillant des patients séropositifs (Hôpital de Moundou, centre Djenadoum Nasson, centre diocésain de lutte contre le Sida).

-          Assurer l’audit et le compagnonnage du laboratoire tuberculose (construit en 2014) et du suivi des patients atteints de tuberculoses résistantes.


2. Mission réalisée  du 5 au 9 juillet  2015 à Moundou  et prolongée jusqu’au 12 juillet à Ndjamena pour le Docteur laurent Raskine

Cette mission pluri disciplinaire était composée de :

Céline Levacher, assistante sociale,  CHU Louis Mourier, (APHP)

Dr François Cordonnier, CHI Poissy-St-Germain-en-Laye, 

Dr Emmanuel Mortier, CHU Louis Mourier, (APHP)

Dr Laurent Raskine, GH Lariboisière-St Louis, (APHP)

Les objectifs de cette missionétaient de poursuivre le compagnonnage médical et social (dernière mission en février 2015), en particulier :

- Assurer un compagnonnage avec les 10 conseillers psycho sociaux de l’hôpital (2 au service tuberculose, 1 en pharmacie, 1 au centre de dépistage, 1 en maternité, 1 à l’unité mère enfant, 2 en hôpital de jour, 2 au centre Djendaoum Nasson) et

-  Elaborer avec eux un lutin d’éducation thérapeutique sur les messages importants à transmettre aux patients sous antirétroviraux,

- Poursuivre le projet de diminution des perdus de vue des patients traités pour une tuberculose,

- Poursuivre le compagnonnage du laboratoire de la tuberculose. Essai de réalisation de la charge virale VIH à partir de l’appareil Gen Expert (réussi),

- Evaluer la prise en charge des 20 cas de tuberculose MDR à l’HRM (Fiche de recueil des données, effets secondaires du traitement, suivi des patients),

- Terminer l’étude du dépistage du cancer du col utérin chez 300 femmes séropositives,

- Rencontrer les 3 associations de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et analyser avec elles leurs activités et leurs rôles dans le parcours des patients.

Le docteur Laurent Raskine a poursuivi cette mission à Ndjamena pour l’atelier national de prise en charge des tuberculoses résistantes au Tchad.

3.       Mission réalisée du 15 novembre 2015 au 19 novembre 2015 à N’Djamena

Cette mission était composée de :

Véronique Friocourt, technicienne de laboratoire, Hôpital Ambroise Paré, (APHP)

Docteur Laurent Raskine, Médecin microbiologiste, Hôpital Lariboisière-St louis (APHP)

Cette mission demandée par le Programme National de lutte contre la tuberculose avait pour but d’installer l’apapreil GenExpert au laboratoire national de référence et de former les techniciens à cette technique.  Pour illustrer notre désir de transfert de compétence, une grande partie de la formation a été assurée par les techniciens de Moundou venus comme formateurs.

LES ACTIONS REALISEES  en 2015

 

 

1)      Les lutins d’ETP : Selon le modèle du lutin d’éducation thérapeutique créé en 2014 sur le thème de la tuberculose, il a été créé en 2015 un lutin d’éducation thérapeutique consacré au traitement contre le VIH. Ce lutin a été conçu par les conseillers psychosociaux de Moundou lors de la mission de juillet  2015. Un modèle a ensuite été remis à chaque acteur prenant en charge les patients séropositifs.

 
 

2015

Lutind’éducation thérapeutique pour la mise sous traitement Antiviraux (24 pages illustrées)

2014

Lutin d’éducation thérapeutique pour la mise sous traitement antituberculeux (17 pages illustrées)

2)      L’étude sur la Faisabilité du frottis cervico-utérin  chez les femmes séropositivesvivant à Moundou, débuté en 2013 s’est terminée en 2015. Cette enquête a été cofinancée par la Fondation de France et Expertise France.

Il s’agissait de la première étude du dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes séropositives pour le VIH vivant au Tchad. 

Entre août 2013 et mai 2015, 311 femmes ont été incluses  (Age médian : 37 ans, nombre moyen de grossesses : 4,1 , Durée médiane de  suivi de la séropositivité : 8 ans).

Toutes les patientes étaient sous trithérapie antirétrovirale (ARV)  et 98 %  des patientes avaient eu un nadir des lymphocytes CD4 inférieur à 350/mm3.

13 patientes (4%)  avaient une lésion cancéreuse et 86 (28%) une dysplasie de haut ou bas grade nécessitant au moins une surveillance étroite voire la réalisation d’une colposcopie.

Ces résultats ont été présentés à la conférence ICASA en novembre 2015 au Zimbabwe comme poster et ont été acceptés comme publication dans La revue Médecineet Santé Tropicale. Cette étude sera publiée dans la revue en 2016. Les résultats seront à destination des autorités tchadiennes pour les sensibiliser à  la pratique de cet examen afin de dépister précocement les cancers du col utérin à un stade curable.

3)      L’appui technique au programme national de lutte contre la tuberculose

Grace au dynamisme du coordonnateur national du programme de lutte contre la tuberculose, Entraide santé 92 a participé à la rédaction du guide national de prise en charge des tuberculoses résistantes privilégiant un traitement court et intensif de 9 mois à un traitement de 18 à 24 mois , moins lourd mais où  le nombre de perdus de vue est important.

Le suivi des patients atteints de cette forme particulière de tuberculose (une cinquantaine actuellement au Tchad) se fait principalement à Moundou et aussi à Ndjaména.

Par ailleurs, l’installation du 2eme appareil de biologie moléculaire (GenExpert ) dans un structure publique au Tchad a été réalisée avec l’appui d’Entraide Sant é 92 (cf mission d’octobre 2015)

4)      Rénovation de la pharmacie de l’hôpital régional de Moundou

Dans un souci de privilégier l’aide à la prescription des antiviraux (ARV), et a soutenir le travail des conseillers psycho sociaux, des travaux de réhabilitation de la pharmacie qui délivre les ARV ont été menés en 2015 sur des fonds d’Expertise France. Une pharmacie plus spacieuse de 2 pièces (contre une auparavant) a été aménagée.